Quand l’AFEST transforme « l’approche formation »

Je vais sur cette partie donner des pistes d’organisation sur l’encadrement des apprenants préparant un titre professionnel en AFEST. Je souhaite aborder ici, mes expériences issues, en partie d’actions menées lors de mes interventions à la mise en place des AFEST, d’autres portes de ma pratique professionnelle en entreprise. La démarche de projet de formation en situation de travail n’est pas pour autant une panacée et elle est par ailleurs très exigeante. Elle me demande beaucoup de préparation et de réflexion pour les acteurs de la formation. Elle suppose une bonne connaissance des apprenants, des programmes, du projet de l’organisme de formation Cette situation me réclame une large dose de psychologie et d’empathie envers les apprenants (collaborateurs) qui me sont confié. Elle me demande un assemblage entre cours innovant (Atelier) menés en classe et pédagogie par compétence conduites hors de la classe dans le cadre du projet informatique.

Aucun texte alternatif pour cette imageLa démarche de projet en situation de travail est intéressante et gratifiante. Je considère que la méthode que j’applique converge plus vers un développement de compétence en situation de travail dans un espace d’apprentissage propice, dans un écosystème du savoir, savoir-faire et de savoir-être. Mais certainement, du savoir-être, j’ai décidé depuis juillet 2018 de mettre en place dans une école d’ingénierie en géni-logiciel, un environnement complètement différent de ce que nous voyons dans une école standard. J’ai modulé l’environnement d’apprentissage des apprenants, afin de converger vers un environnement de situation de travail, (par exemple chaque apprenant à son propre bureau, une boite mail professionnel, une signature Pro mail, des espaces aménager pour le travail en groupe…) provoquant nécessairement des changements dans mes pratiques d’encadrant formateur de projet informatique en situation de travail.

Elle permet de lutter contre la pression du calendrier scolaire linéaire et des activités pédagogiques dans la grille horaire du formateur. Elle contribue à gommer le phénomène d’usure voire d’ennui du sujet (le collaborateur) et de ma mission, qui peut entamer la détermination de l’enseignant face à des apprenants qui ne sont pas toujours demandeurs de la culture que les programmes officiels veulent leur faire partager.

Les ateliers que je donne en informatique, font des apprenants non plus des consommateurs, mais des acteurs de leur savoir. Pour moi, mes interventions avec les apprenants tendent vers des séances de workshop est un atelier de travail organisé, le plus souvent, axé sur une thématique en particulier. Ces événements permettent de rassembler mes apprenants autour d’une problématique, d’une idée ou d’un concept.

Par l’échange d’idées et de propositions, un workshop peut constituer une véritable force pour les organisations, j’en ai fait l’expérience dans l’école d’ingénieure et dans les organismes de formation. Elles les valorisent et leur redonnent confiance en eux. L’encadrement par les compétences intègre pour moi une conception complètement différente de la formation. La logique de compétence m’a obligé à analyser mes pratiques lors de mes cours et introduire une autre logique de fractionnement de mes cours. Je tends de plus en plus vers la personnalisation des cours par compétences et une organisation par construction, par intégration des compétences. Pour cela, j’ai mis en place un autre cadre, changement du lieu des cours, je priorise plus les salles de conférences, des salles plus grandes qui n’ont rien avoir avec une classe standard. Je considère que pour interagir avec le nouveau paradigme du développement par compétences, il faut repenser tout notre cadre de travail. Elles redonnent du sens à leurs taches. Elles contribuent ainsi à lutter contre le fléau de l’ennui.

Les apprenants s’impliquent davantage, les problèmes de discipline et d’absence s’estompent. Néanmoins, s’engager dans la démarche de la construction des compétences par projet, c’est découvrir tout un pan souvent inexploré, d’un environnement préparé à la pédagogie par compétence.

PAR Sofiane BAKHOUCHE Formateur d’enseignants, de formateurs et de cadres pédagogiques– Formateur DMP et consultants dans le médico-social -Formateur Encadrant de projet Informatique.

Aucun texte alternatif pour cette image
close

Créateur d'AFEST Sofiane

Créateur d'AFEST Sofiane

Formateur d'enseignants de formateurs et de cadres pédagogiques.

Une réflexion sur “Quand l’AFEST transforme « l’approche formation »

Laisser un commentaire