Ma méthode AFEST

Sofrat un outil extraterrestre qui nous aide à une analyse sémantique d’une action de formation en situation de travail.

La conception d’une AFEST n’est pas évidente car il faut réfléchir à l’ensemble de l’organisation que l’on doit mettre en place. La phase de conception d’une action de formation en situation de travail nécessite des méthodes permettant de mettre en place un modèle sur lequel on va s’appuyer.

La SOFRAT est une réflexion pour une modélisation qui consiste à créer une représentation préproduction, un avant-projet de formation d’une réalité de formation en situation de travail de telle façon à faire ressortir les points auxquels on s’intéresse dans les compétences cibles.

Le but de cette méthode est d’arriver à concevoir une AFEST. La méthode SOFRAT est basée sur l’intégration, la fusion des situations de formation et des actions en situation de travail à effectuer en plusieurs taches. SOFRAT est une scénarisation qui induit des propositions permettant aux activités évaluées et aux activités d’évaluation de dialoguer entre elles. Une modélisation du MIX Foromation-Travail notamment au niveau du concept de position.

S comme Situation ; A côté de la psychologie cognitive traditionnelle fondée sur des processus interne, la « cognition située » (Suchman, Greeno, Conein, s.d.) propose que le contexte, les acteurs, les enjeux, les obstacles, les ruptures bref les situations sont sources d’apprentissage des connaissances. Elle s’inscrit aussi dans a filiation de la théorie de l’activité (Vygotsky, L. , 1978/1930). Ici la situation est un autre cadre, changement du lieu des cours, priorisez plus les salles de conférences, des salles plus grandes qui n’ont rien avoir avec une classe standard. Afin d’interagir avec le nouveau paradigme du développement par compétences, il faut repenser tout notre cadre de travail. Définir une autre situation. les situations contribuent ainsi à lutter contre le fléau De l’ennui. Les apprenants s’impliquent davantage, les problèmes de discipline et d’absence s’estompent.

Pour le cas de l’AFEST, faire découvrir puis formaliser la découverte ici je parle d’une mise en situation de problème de l’apprenant, le sujet est en immersion. La situation ici est un processus de mise en application avec accompagnement sans faire à leurs places. Ainsi, ici la situation est un transfert de savoir-faire de connaissance –faire et faire-faire. C’est de la démonstration de l’usage pour que l’apprenant regarde et refait ensuite. Cependant la méthode SOFRAT, la situation la situation n’entend pas seulement un cadre mais quelque chose qu’il faut maîtriser et transformer. Une situation ne se répète pas à l’identique. Elle subit toujours des variantes normales, attendues ou imprévues. ( Faire un tour de table pour définir la situation O comme Organisé C’est prendre forme dans la situation, faire apparaître progressivement l’objet dans son ensemble. Mais certainement poser la question comment s’organiser dans une situation de formation qui combine temps dit théorique (d’échanges) et action de travail. Il est important de fournir des outils d’organisations informatiques de préférence. Le F de Formation par compétence La démarche pédagogique en situation de travail n’est pas pour autant une panacée, elle est par ailleurs très exigeante. Elle demande beaucoup de préparation et de réflexion. Elle suppose une bonne connaissance des apprenants, des programmes, du projet.

La formation modulé doit intégré la situation, l’environnement d’apprentissage des apprenants, afin de le converger vers un environnement de situation de travail, Une formation par intégration des compétences, progression provoquant nécessairement des changements chez les sujets. Ici nous devons pensé la formation développement par compétences, par micro compétences

la situation de F de formation, doit lutter contre la pression du calendrier scolaire linéaire et des activités pédagogiques dans la grille horaire du formateur. les temps de formations deviennent, des ateliers,, font des sujets non plus des consommateurs mais des acteurs de leur savoir. la méthode SOFRAT, les apprenants tendent vers des séances de workshop est un atelier de travail organisé, le plus souvent, axé sur une thématique en particulier. Ces événements permettent de rassembler les apprenants autour d’une problématique, d’une idée ou d’un concept. Par l’échange d’idées et de propositions, un workshop peut constituer une véritable force pour les organisations AFEST, j’en ai fait l’expérience. Elles les valorisent et leur redonnent confiance en eux. Lorganisation d’une formation en AFEST par les compétences intègre une conception complètement différente de la formation d’aujourd’hui.

R pour réflexivité et évaluation Nous nous proposons donc, dans cette partie, en nous appuyant sur des exemples concrets. Le premier chapitre de cette proposition nous permettra de poser les bases d’une normalisation des résultats issus de l’activité des élèves au sein des Espaces numériques de travail (ENT). la réflexivité doit nous permettre de réfléchir à quelques types de résultats canoniques et aux moyens de les représenter. Pour permettre le déploiement des scénarios d’évaluation associés, une architecture logicielle sera présentée, autour d’un pattern de conception centré sur l’observation.

Néanmoins, s’engager dans la démarche de la construction des compétences par projet, c’est découvrir tout un pan souvent inexploré de la d’un environnement préparer à la pédagogie par compétence.

Concernant ma démarche de travail selon la logique de compétence, je mets l’apprenant face à une situation de problème, je suppose qu’il possède déjà une gamme de connaissance théoriques et pratiques qui lui permet d’aborder le problème rencontré tant par les processus manuels que des essais mentaux. Le sujet est dans une situation à fort potentiel de développement, une situation contenue dans le référentiel durant la formation.

Je me pose ainsi la question « est-ce que l’étape que je viens de dérouler est une situation a-didactique ? ». Une situation dont laquelle l’intention d’enseigner n’est pas explicite au regard de l’apprenant. Le sujet réagi comme si la situation était non didactique. Dans cette hypothèse c’est à l’apprenant de prendre des décisions, d’engager des stratégies, d’évaluer sa capacité. « Le maitre se refuse à intervenir comme possesseur de connaissance qu’il veut voir apparaitre. L’élève sait bien que le problème a été choisi pour lui faire acquérir une connaissance nouvelle mais il doit savoir aussi que cette connaissance est entièrement justifiée par la logique interne de la situation ». ((Brousseau et al,, p59, 1998)

 

Cette scénarisation a induit des propositions permettant aux activités évaluées et aux activités d’évaluation de dialoguer entre elles. Des extensions ont été ajoutées au langage notamment au niveau du concept de position. Dans l’infrastructure, le modèle de conception observateur/observable a été étendu aux positions. En outre, la scénarisation de l’évaluation a introduit de nouveaux besoins quant à l’utilisation et la manipulation des résultats produits par les activités. Nous avons alors introduit des agents logiciels capables de réaliser ces manipulations.

Sofiane BAKHOUCHE

close

Créateur d'AFEST Sofiane

Créateur d'AFEST Sofiane

Formateur d'enseignants de formateurs et de cadres pédagogiques.

Laisser un commentaire