Trouver de l’espoir à une époque sans espoir

Trouver de l’espoir à une époque sans espoir

La recherche montre que l’espoir est une compétence mesurable et apprenable – et pour avoir de l’espoir, les élèves et les enseignants doivent y travailler.

ENT, Pronote, école directe, ma “classe à la maison” du CNED, impossible ce lundi matin de se connecter aux serveurs de l’académie de Lille pour entamer les devoirs à la maison demandés par les professeurs pour les collégiens, lycéens et étudiants.

Selon Catherine Piecuch, membre du FSU et professeur au collège George Brassens à Saint-Venant : « même dans le cas ou la connexion est possible, nous avons beaucoup de retour de cas de logiciels en panne, qui ne répondent plus. Il peut s’agir de «  pronote » ou encore, d’« école directe ». Les logiciels ne supportent pas le nombre de connections. Moi même, je n’y arrive pas. Depuis ce matin, les collègues nous le signale ainsi que des parents et même des élèves. »

«Bref l’école virtuelle était« hors réseau », j’ai remarqué que regarder en avant semblait être la meilleure utilisation de mon énergie mentale», a déclaré Ford, qui prévoit maintenant de créer une nouvelle mission: «Quelle est la première chose que vous allez faire quand les choses reviennent à la «normale»? »

Bien que la scolarisation en cas de pandémie ait toujours été difficile, elle semble devenir de plus en plus difficile avec le temps,les enseignants et formateurs qui cherchent désespérément des moyens d’aider les élèves à rester motivés. Les enseignants ont signalé que les élèves considèrent de plus en plus l’école comme inutile et ressentent un sentiment de désespoir face à l’avenir. Même avec l’augmentation des vaccinations et des ouvertures d’écoles, on signale une augmentation de la dépression , de l’anxiété et des tentatives de suicide chez les jeunes . De nombreux enseignants partagent également un sentiment de désillusion grandissant après une année de bouleversements importants – et ce qui devrait être une transition lente et difficile.

Alors, que peuvent faire les enseignants, l’école et l’équipe pédagogique pour insuffler de l’espoir aux élèves, surtout quand beaucoup se sentent eux-mêmes sans espoir? Selon de nombreuses études de recherche, les personnes pleines d’espoir ne sont pas simplement des optimistes, mais sont capables de penser de manière proactive à l’avenir et de planifier à l’avance pour y arriver. La recherche montre que l’espoir est une compétence apprenable et mesurable, qui a un impact considérable sur la réussite et la persévérance des élèves à l’école . On constate également que les enfants qui ont de l’espoir ont une meilleure estime de soi et des compétences sociales plus élevées , sont plus susceptibles de se fixer et d’atteindre des objectifs , et peuvent plus facilement rebondir après l’adversité.

«Les gens pensent toujours que l’espoir est« spongieux », mais ce n’est pas le cas», a déclaré Crystal Bryce, directrice associée de la recherche au  Center for the Advanced Study and Practice of Hope de l’Arizona State University . «L’espoir est la cognition et une motivation principale qui pousse les gens à agir pour atteindre leurs objectifs. C’est une compétence sur laquelle nous devons travailler et que nous pouvons développer.

Selon des chercheurs et des psychologues, de petits changements dans le programme, les affectations et les tâches peuvent en fait avoir un effet sur la façon dont les étudiants se perçoivent eux-mêmes et leur monde . En faisant quelques ajustements et en proposant de nouvelles activités, les enseignants peuvent atténuer le désespoir que ressentent les élèves et, à leur tour, se sentir plus optimistes.

L’espoir est une valeur, alors travaillant là !!!!

Sofiane Créateur d'AFEST

Sofiane Créateur d'AFEST

Formateur d'enseignants de formateurs et de cadres pédagogiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *